onebannertest3

Histoire

D'un village devenu urbain

Les recherches entreprises laissent penser à une occupation humaine dès la préhistoire. Quelques dates importantes permettent de retracer l'évolution de notre village qui a connu notamment les invasions germaniques avec des batailles au pied de la colline. On notera aussi que la région appartient à l'évéché de Strasbourg. Il s'agit d'une région rurale, le rural dominant jusqu’au 20ème siècle.

  • 357 : Victoire des romains sur les Alamans.
  • 763 : Villa HUSPERGA : c’est la 1ère mention ayant trait au nom actuel.
  • 1230 : HUGESBERGEN-MEDIO. Le HUGESBERGEN est valable pour les deux localités voisines avec adjonction de « superior » ( ober), « Inferior » ( nieder), et « medio » (mittel).
  • 1262 : Les bourgeois de Strasbourg arrachent la liberté communale en battant les troupes de l’Evêque de Strasbourg qui domine alors la ville. A flanc de colline, défaite des troupes de l’évêque par les bourgeois de Strasbourg. La bataille a lieu sur les collines de Hausbergen.
  • 1374 : HUSBERGEN d’où dérive HAUSBERGEN.
  • 1537 : Le village passe au protestantisme. D’abord rattachée à Mundolsheim, la paroisse protestante est jumelée à celle d’Oberhausbergen (voir sur la façade de l’église datant de 1723 la plaque du bicentenaire).
  • De 1544 à 1789 : le village fait partie du domaine des JOHAN von Mundolsheim. A la révolution de 1789, la commune est rattachée au canton d’Oberhausbergen avant de passer à celui de Schiltigheim, puis à celui de Mundolsheim. Durant cette période, la localité a un terrain réduit de 172 ha et une faible population : en 1750, elle compte 124 habitants ; en 1871, 253 habitants ; en 1962, 469 habitants. L’agriculture domine avec deux cultures importantes : les céréales et la vigne (en 1820, respectivement 125 et 36 hectares, dont une partie appartient à des strasbourgeois).
  • Après 1870, les allemands ceinturent Strasbourg d’une ligne de forts ; trois se trouvent sur la colline des 3 Hausbergen, des portions intercalaires complètent le dispositif.
  • 1941 : Rétablissement du culte catholique avec construction à Oberhausbergen d’une chapelle commune aux résidents d’Oberhausbergen, de Mittelhausbergen et de Niederhausbergen.

De l’agriculture à l’urbain

Mittelhausbergen fait partie de l'Eurométropole de Strasbourg, anciènement CUS (Communauté Urbaine de Strasbourg).

Aujourd’hui le village compte environ 1750 habitants (source INSEE 2013). L'agriculture a été fortement développée jusque vers 1967, puis a diminué. Seules subsistent 2 exploitations agricoles. Sur les terres autrefois cultivées de nombreux lotissements ont été créés : le Vesinet, le Clos des Vergers, le Mittelberg, le Zinkenthal, le Moulin, la rue Camille Claus. D'autres projets d'extension sont en cours.

Le nombre de commerces et d'entreprises n’a jamais été très élevé dans le village, seules quelques enseignes sont présentes sur la commune qui offre peu d’emplois sur place : autrefois commune rurale, Mittelhausbergen appartient à la catégorie des villages « dortoir ».

Au centre du village, se tient une jolie église entourée des pierres tombales de l’ancien cimetière et de belles fermes anciennes. Le bâtiment actuel a été construit en 1723 sur l’emplacement d’un ancien édifice. Le clocher à bulbe qui porte sur une poutre la date de 1774 est couvert de tuiles vernies vertes. Des concerts y sont régulièrement organisés et plus particulièrement celui de la Saint Martin donné chaque année en novembre. Le public apprécie l’ambiance chaleureuse et feutrée de l’intérieur de cet édifice.

Le village bénéficie d'un charmant lieu de promenade sur la colline, traversée par une piste cyclable. Depuis la colline, on découvre une belle vue sur Strasbourg et sur la Forêt Noire.

Pour de plus amples informations, les lecteurs sont conviés à consulter l'ouvrage de Francis Clad, ancien conseiller municipal, « Mittelhausbergen Un village agricole devenu urbain », édité en 2000. Il retrace l’historique du village et propose de nombreuses illustrations. Vous pouvez en acquérir un exemplaire en vous adressant à la Mairie.

Il a été suivi d'une « Chronique 1997-2007 » qui retrace des événements marquants du village et reproduit de nombreuses photos.

 

trophe